Archives de catégorie : Bénévolat

Nathalie Calonne : notre précieux lien avec les soignants !

C’est avec bonheur que nous avons accueilli en début d’année Nathalie Calonne, nouvelle bénévole de l’association. D’autant que Nathalie ne nous était pas inconnue. Fraîchement retraitée, elle occupait auparavant le poste de cadre supérieure du pôle chirurgie enfant à l’hôpital Jeanne de Flandres. Et c’est en tant que responsable de l’encadrement de service enfants qu’elle a collaboré avec Ludopital durant de nombreuses années.

C’est donc tout naturellement que Nathalie est passée du côté « utilisateur » au côté « coulisses » de l’association. Et grâce à sa bonne connaissance du terrain et de l’organisation, elle est aujourd’hui le lien facilitateur entre l’association et l’équipe d’encadrement du CHU qui représente l’ensemble des services amenés à accueillir des enfants. 

Mais ses compétences ne s’arrêtent pas là ! Particulièrement impliquée dans la vie de l’association, Nathalie met son énergie et son enthousiasme au service de nombreuses missions. Elle organise ainsi de nombreuses réunions de sensibilisations avec les équipes hospitalières, a réalisé un questionnaire avec Jacqueline Dangleterre pour mieux connaître les besoins des personnels soignants, ou mis à jour la base de contacts de Ludopital en se fixant pour défi de conserver le lien avec les bons interlocuteurs hospitaliers au fil des prochains mois et années. Merci Nathalie !

Bienvenue au stand de Patricia !

Bénévole à l’association depuis un peu plus de 3 ans, Patricia nettoie des jouets, fait de l’étiquetage, des livraisons de jouets courage à Huriez, a déjà donné un coup de main pour les Foulées et apportait aussi des jouets pour les salles d’attente avant la pandémie, bref…  Patricia aime être polyvalente et s’implique beaucoup. 

Et comme elle ne s’arrête jamais, elle a eu l’idée de démarcher Brad’Way pour obtenir un stand dédié à Ludopital et a fini par l’obtenir en octobre 2020 ! Une idée géniale qui démontre aussi la détermination de Patricia : “Après avoir démarché 3 fois Brad’Way, je n’ai rien lâché ! Tant qu’on peut alimenter le stand, on l’a!”

Sur le stand, Patricia vend uniquement des dons qu’elle récupère auprès de connaissances ou de bénévoles. “Comme tout ce qu’on vend, c’est de la récup’, c’est une double bonne action pour les acheteurs : l’argent revient à Ludopital et c’est écologique plutôt que de jeter les objets dont on ne se sert plus.“ Et parce qu’une bonne idée est souvent récompensée, Brad’Way fait preuve d’une grande générosité en ne prenant pas de commissions sur les ventes, mais offre en plus le loyer du stand. Ainsi, tout l’argent récupéré va à Ludopital.

Si vous devez vous rendre au parc de l’innovation à Marquette, n’hésitez pas à passer sur le stand et à vous faire plaisir, car comme aime le dire l’enthousiaste Patricia : “Vous allez faire une bonne action et vous n’allez pas payer cher”. 

Bravo Patricia pour ce partenariat inédit !

Wondermaman

Avoir 5 enfants, travailler en tant que professeur et être en plus bénévole pour Ludopital, ça peut sembler impossible mais pas pour une Wondermaman comme Sophie. Ludopital vous raconte ce qui a guidé cette super héroïne du quotidien jusqu’à l’association.

En décembre 2017, Sophie accueille Anaïs et Hadrien, des jumeaux nés prématurément. En raison de problèmes de santé successifs, Sophie doit rester un bon mois à l’hôpital auprès d’eux et c’est là qu’elle commence à voir l’hospitalisation sous un autre regard. Au-delà des soins, elle réalise l’importance du soutien psychologique, et découvre les actions des Blouses Roses et des Clowns de l’espoir. 

Lors d’une autre hospitalisation, Hadrien reçoit en cadeau un anneau de dentition de la part de Ludopital. Un premier contact qui permet d’adoucir le séjour pour le bébé et qui fait plaisir à Sophie, tout en attirant son attention sur l’association.

Fin 2019, le parcours compliqué de Sophie touche à sa fin et alors qu’elle pourrait laisser couler, elle décide de s’investir “Quand ça a commencé à aller mieux, j’ai eu envie de rendre ce qu’on m’avait donné. Je me suis renseignée sur les 3 assos. Ludopital est celle qui me convenait le mieux car très souple au niveau bénévolat et je ne pouvais pas m’engager pour une régularité.” 

Cela fait maintenant une bonne année que Sophie est bénévole et elle essaie d’y aller tous les mardis de 9h30 à 12h30. Impliquée et polyvalente, elle fait un peu de tout : emballage, nettoyage, préparations de livraisons, point d’accueil et responsable de tirelires Ludopital déposées dans des commerces où elle va régulièrement. Et comme si ça ne suffisait pas, elle récupère aussi des jouets dans des groupes de récup ! 

Et quand on demande à Sophie comment elle s’en sort entre le bénévolat, sa vie de famille et son travail, elle répond dans un sourire : “Je suis contente de me dire que je peux aider des enfants hospitalisés, que ça leur redonne le sourire et aussi aux parents.”

Merci pour ton implication Sophie !

Le mécénat mode d’emploi

Lorsqu’à l’approche de Noël 2018, l’un des collaborateurs de l’agence de communication Epsilon propose de réaliser une collecte pour Ludopital, il était loin de se douter que ce serait le début d’un beau partenariat. Traditionnellement, les employés s’offraient alors des cadeaux d’une valeur maximum de 5€. Cette année-là, Arnaud proposa aux organisateurs de la soirée d’investir cette somme au profit de jouets neufs pour l’Association Ludopital qui lui tient à cœur. La collecte se met en place avec une communication en interne. 

L’opération est un succès : le soir de l’événement, les cadeaux s’amoncèlent et la collecte dure finalement plusieurs semaines pour atterrir quelques mois plus tard chez Ludopital. Lors de la visite des locaux, ceux qui sont chargés de la livraison sont impressionnés par l’organisation et le travail des bénévoles, et le nom de l’association se fait souvent entendre dans les locaux de l’agence de communication. 

Finalement c’est lors d’une réunion du CSE Epsilon, que Nathalie Leurent, directrice générale, expose son envie d’aller plus loin avec l’association, notamment pour la rédaction des newsletters. Très vite une équipe Epsilon est constituée. Karim et Cédric mettront leurs plumes au service de l’association, tandis que Morgane se chargera de gérer les échanges, les réunions et les plannings. 

Après une première année pour prendre ses marques, Epsilon aimerait continuer la rédaction des newsletters mais également offrir plus de services à Ludopital notamment en graphisme et dans la gestion de données (la spécialité de l’agence). En attendant, l’association est à la recherche de profils pour étoffer ses rangs. 

Si vous vous retrouvez dans les missions suivantes, n’hésitez pas à nous contacter !

  • Un(e)  passionné(e)  d’informatique pour résoudre nos soucis de maintenance (une fois par mois sur site, le reste à distance)
  • Un(e) photographe de talent pour shooter nos locaux, nos livraisons et surtout les prochaines Foulées Ludopital
  • Un(e)  graphiste et un(e)  community manager qui aiment communiquer
  • Et toujours… des bénévoles qui pourraient nous aider à trouver des financements pour nos projets hospitaliers, l’achat de jouets et le fonctionnement de l’association 

Merci pour vos candidatures !

Grâce à Jean-Jacques, notre local s’est refait une beauté !

On dit souvent que les cordonniers sont les plus mal chaussés et le moins qu’on puisse dire, c’est que chez Ludopital, nous n’avons pas fait mentir l’adage. Car même si nous nous impliquons particulièrement dans l’aménagement de locaux hospitaliers, nos locaux, eux, avaient besoin d’un sérieux rafraichissement ! Et c’est par Jean-Jacques, bénévole depuis janvier 2018, que le miracle est arrivé. Électricien de métier et jeune retraité, il avait proposé de mettre toutes ses connaissances au service de Ludopital. 

« Il y a 3 ans de ça, au cours d’une discussion avec Béatrice, elle a découvert que j’étais électricien et j’ai commencé par changer des éclairages à droite à gauche, à refaire des étagères, des plans de travail, réparations, coups de peintures ici et là, réparation de bureau, refait un châssis de porte, installé un porter vidéo… »  

Alors c’est tout naturellement que Jean-Jacques s’est investi dans la rénovation de la salle projets dont il a très vite diagnostiqué les points faibles. « Dans la salle projets, les éclairages étaient mal positionnés depuis 1974, il manquait des étagères, tous les murs se fendillaient… Il fallait tout refaire ! »

 Et Jean- Jacques n’a pas chômé ! En seulement 15 jours, il a tout refait de fond en comble.

« Plutôt que de remplacer seulement ce qui n’allait pas, j’ai acheté des éclairages, repassé les câbles, refait le plafond, refait les murs, bouché les trous, enduit, repeint… utilisé autant que possible les fonds de peinture. J’ai même repeint le radiateur après intervention du plombier! »

Une métamorphose qui fait le bonheur de toutes les équipes qui ont redécouvert leur nouveau cadre de travail avec un grand sourire.

Bravo et encore merci, Jean-Jacques !

 

Tirelires cherchent bons soins !

Nous considérons qu’il n’y a pas de petits dons et que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Notamment grâce aux « Euros Ludopital », ces tirelires présentes toute l’année dans des commerces de proximité comme les boulangeries, Intermarché , Match ou Carrefour City. Chaque année, elles permettent ainsi de collecter en moyenne 85 € par point de dépôt, ce qui a représenté pour 2020 un don de 11 500 €. Seul bémol, la gestion des tirelires est confiée à une dizaine de bénévoles dont aucun ne démarche les commerçants de Lille qui représentent pourtant un véritable potentiel, notamment le secteur Gambetta, particulièrement dynamique en terme de fréquentation des commerces.

Ludopital recherche donc des bénévoles lillois qui pourraient prendre en charge la mise en place de tirelires chez des commerçants du secteur potentiellement intéressés. Merci de relayer l’info !

Et comme chaque euro est précieux, pensez aussi à cette autre façon d’aider à financer Ludopital de façon pérenne : le microdon ou arrondi sur salaire. Simple à mettre en place et gérée par un organisme indépendant, cette formule consiste pour le salarié à accepter que son salaire soit réduit à l’euro inférieur, voire un peu plus.

Pour plus d’infos ou pour proposer à votre entreprise de mettre en place le micro-don en faveur de Ludopital, vous pouvez contacter Gilles au 06 52 27 76 63 ou par email mecenat@ludopital.fr 

Écoemballage : l’affaire est dans le sac !

C’est l’histoire d’un projet qui a germé dans nos têtes il y a plus d’un an. 

Nous avions l’habitude de livrer nos jouets aux hôpitaux dans des grands sacs en plastique ou des cartons, pour la plupart non réutilisables, et que nous n’avions pas la possibilité de nettoyer avant leur entrée dans les services hospitaliers. Il a fallu se rendre à l’évidence : ni les valeurs que nous défendions, ni les circonstances sanitaires ne nous autorisaient à continuer à utiliser ce type d’emballage !

C’est donc tout naturellement que nous avons fait appel à nos fées couturières, qui réalisaient déjà des sacs en tissus pour le reconditionnement des jeux dont la boîte d’origine était abîmée. 

Et le résultat a été à la hauteur de leur talent ! De jolis sacs en tissus, durables et réutilisables, qui en plus d’être écoresponsables, pourront mettre fin à notre dépendance au plastique ou au carton !

Alors bien sûr, il faudra adapter notre processus et impliquer le personnel hospitalier dans notre nouvelle démarche : récupérer les sacs après la livraison, laver l’ensemble en machines et les réutiliser pour les futures livraisons. Mais une fois de plus, dès notre premier test de livraison au centre hospitalier HURIEZ, le personnel a répondu présent. La planète mérite bien ça !

Que retenir de 2020 ?

Et si 2020 avait été une année de grande solidarité ? 
À Ludopital, nous ne retiendrons que le positif de cette année particulière :

  • 30000 jouets courage 
  • 16 projets hospitaliers
  • 1900 jouets dans les salles d’attente
  • 1370 jouets pour Noël 
  • 4264 abonnés Facebook
  • 11500€ récoltés grâce aux tirelires 
  • Et bien sûr, les 25 ans des foulées qui ont bien eu lieu et lors desquelles nous avons récolté 9000€ !

Encore un immense merci à tous pour votre générosité et votre soutien, nous vous attendons encore plus mobilisés en 2021 !

 

La véritable histoire du Père Noël Solidaire

Vous connaissez l’histoire du Père Noël Solidaire ? Nous allons vous la raconter.

Tout commence en 2015 lors d’un marathon au profit de l’association “la petite Alix”. Père Noël Solidaire ayant à peine fini sa course, se dit qu’il pourrait encore se rendre utile pour une autre association. Il décida d’en parler avec Mère Noël et ses lutins et tous ensemble, ils contactèrent Gilles Gamot et lui proposèrent de réaliser des prestations payantes dont l’argent récolté serait reversé à Ludopital.

Très vite, toute la famille s’y mit ! Tandis que certains feront les lutins, d’autres feront des collectes jusque dans leur collège et contrôleront les jouets. Pour la préparation, c’est Mère Noël qui s’organise dès le mois de septembre ! Elle prend contact avec les familles par téléphone pour “faire connaissance“ avec les enfants et créer les fiches du Père Noël. Et quand le Père Noël sort son traîneau, il rend visite aux familles pendant à peu près 25 minutes le 24 décembre au soir et le 25 décembre dans la journée, dans les environs d’Hazebrouck.

Pendant plusieurs années, Père Noël Solidaire se fit connaître sur le Bon Coin avant de créer une page Facebook qui fit décoller ses visites aussi vite que ses rennes. En 2019, il assura même sa tournée dès 17h30 le 24 décembre, et toute la journée du 25 !!! Cerise sur le traîneau : il fit une énorme récolte de 350 jouets regroupant les dons de parents d’élèves récupérés le jour de leur fête de Noël, de particuliers et du collège d’Hazebrouck.

C’est alors qu’en 2020, Père Noël Solidaire se vit confiné et ne put faire ses visites à domicile. Mais son plus grand lutin eut l’heureuse idée de lui proposer de lancer les “Rencontres WhatsApp avec le Père Noël !“ Résultat : Père Noël Solidaire a pu voyager jusqu’en Bretagne, et pour la première fois depuis plusieurs années, a pu réveillonner avec Mère Noël et ses lutins. Depuis, Père Noël Solidaire et sa famille cherchent de nouvelles choses à faire pour continuer d’aider Ludopital.

Les héros de cette belle histoire
Père Noël Solidaire : François 
Mère Noël et deuxième lutin : Séverine 
Grand Lutin, première conseillère : Marion
Lutin responsable des collectes collège : Lison
Lutin contrôleur des jouets et monteur des puzzles : Gabin

Les livraisons continuent !

À circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles !  Car même si nous vivons une période un peu particulière, les enfants hospitalisés ont plus que jamais besoin d’être accompagnés.

Depuis le premier confinement, nous avons rebondi pour continuer à assurer nos livraisons de jouets. Des dispositifs ont donc été mis en place et ils sont toujours d’activité pour ce second confinement.

Des livraisons ont ainsi été assurées auprès de plusieurs établissements dont l’hôpital Huriez comme le raconte Véronique : “On ne va plus dans les services, on dépose les sacs de jouets dans une salle, ce qui est une bonne chose ! Quelqu’un du service vient chercher les sacs.“ 

Car oui, pour limiter au maximum les risques, les bénévoles ont été dispensés de distribution et les dépôts ont été centralisés dans un seul service et dans une salle unique. Ils sont ensuite récupérés par les soignants avant d’être distribués aux enfants.

Même protocole pour la livraison à Jeanne de Flandre comme nous l’explique Sabine : “ En temps habituel, on dépose les jouets au local de “la maison des enfants » et ensuite on va dans chaque service avec des gros sacs de jouets ! Pour la dernière livraison, les 2200 jouets ont été regroupés par service et on les a prévenus pour qu’ils passent au local. Ça évite aux bénévoles de se balader et d’être en contact avec la COVID.“ 

Évidemment ces mesures limitent les contacts avec les soignants et les retours arrivent plus tard, mais c’est un bonheur pour nos équipes de pouvoir continuer à assurer la mission de Ludopital et d’apaiser les jeunes patients. Parce que comme le rappelle sabine : “On a pu livrer des jouets quand même et ça c’est super !“